7 mars 2020 - classedematernelle

Bonjôr ! C’ment qu’te t’aippeulles ?

« I’m’aippeulle Nan’nette ! » (je m’appelle Ninette !)

Dans le cadre du projet sur la vie d’autrefois, nous avons bénéficié de 3 séances autour du patois, coordonnées par la Maison du Patrimoine Oral d’Anost. Nous nous sommes interessés à la langue qui se parlait au temps de Pépé Lucien. On parlait

« patois », une langue de la Bourgogne. Cette langue est encore parlée par certains « anciens ». Il y avait différents patois. Pour nous faire découvrir cette langue et nous la faire partager, plusieurs personnes (des « patoisants ») sont venus en classe les 6, 13 et 20 février.
Jean-Luc, Gilles, accompagnés d’Annie, Colette, Martine nous ont appris comment nous présenter. Nous avons aussi repris le conte Papa Grand nez avec quelques formulettes en patois. Nous avons chanté et découvert des comptines en patois et nous nous sommes amusés à nommer des objets d’autrefois en patois.

Nous apprenons en patois, une chanson qu’Aline (la musicienne qui était venue en classe précédemment) nous avait apprise en français.

Chant traditionnel, en français et en patois

Je n’suis pas d’ici
Je suis de la montagne
Je n’suis pas d’ici
Je suis de mon pays
Dans mon pays
On y garde les vaches
Dans mon pays
On garde les brebis

I n’seûs pas d’iqui, i seûs de lai montaîngne

I n’seûs pas d’iqui, i seûs de mon pays

Dans mon pays, an y gairde les vaiches

Dans mon pays, an gairde les bouèrbis.

 

Nous nommons en patois des objets d’autrefois découverts les semaines précédentes.

Eun painer ai treuffes… un panier à pommes de terre
Le painer ai sailaide… le panier à salade
Le painer de fouaire… le panier de foire
Les saibots… les sabots

 

Nous rejouons quelques passages du conte Papa Grand nez : ici, « Le Prince ai peu lai princesse »

« Pou traivarsai l’pont, an faut éte deux, pou bin l’pâssai, an faut saivouèr dansai… Ailons pâsse, pâsse, pâsse, ailons passe-donc »

« Pour traverser le pont, il faut être deux, pour bien le passer, il faut savoir danser… Allons passe, passe, passe, allons passe-donc »

« Cric-crac, cetu-cute que le diré, en piârre seré revîrè !« 

« Cric, crac, qui qui le dira, en pierre se transformera. »

 

Découverte d’une comptine :

« Geurli, geurlo, combein l’ai d’sôs dans mon saibot ? »

« Greli, grelo, combien il y a de sous dans mon sabot ? »

Ai r’voi ! Au revoir !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite