7 mars 2020 - classedematernelle

Ici, autrefois, ailleurs…

A l’occasion de chaque séance de patois, une personne qui parle une autre langue étrangère est venue en classe.
Ainsi, à la première séance, Anselm était venu parler allemand, la langue de notre marionnette Brigitte (prononcer le « E » final). Graciete est venue partager la 2e séance, dans la langue de Maria, le portugais. Janine a parlé anglais lors de la 3e séance, comme notre marionnette Rainbowfish ! Nous avons accueilli une nouvelle marionnette, Touènon, la cousine de Ninette ! Elle parle patois. Ainsi, notre oreille se prête aux sonorités de mots, formulettes, comptines et chansons dans différentes langues.

Nous invitons toutes nos marionnettes à partager les séances de patois (de gauche à droite et de haut en bas : Touènon qui parle patois, Rainbowfish qui parle anglais, Brigitte qui parle allemand, Cihane qui parle turc, Maria qui parle portugais et Carlos qui parle espagnol).

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

7 mars 2020 - classedematernelle

Bonjôr ! C’ment qu’te t’aippeulles ?

« I’m’aippeulle Nan’nette ! » (je m’appelle Ninette !)

Dans le cadre du projet sur la vie d’autrefois, nous avons bénéficié de 3 séances autour du patois, coordonnées par la Maison du Patrimoine Oral d’Anost. Nous nous sommes interessés à la langue qui se parlait au temps de Pépé Lucien. On parlait

« patois », une langue de la Bourgogne. Cette langue est encore parlée par certains « anciens ». Il y avait différents patois. Pour nous faire découvrir cette langue et nous la faire partager, plusieurs personnes (des « patoisants ») sont venus en classe les 6, 13 et 20 février.
Jean-Luc, Gilles, accompagnés d’Annie, Colette, Martine nous ont appris comment nous présenter. Nous avons aussi repris le conte Papa Grand nez avec quelques formulettes en patois. Nous avons chanté et découvert des comptines en patois et nous nous sommes amusés à nommer des objets d’autrefois en patois.

Nous apprenons en patois, une chanson qu’Aline (la musicienne qui était venue en classe précédemment) nous avait apprise en français.

Chant traditionnel, en français et en patois

Je n’suis pas d’ici
Je suis de la montagne
Je n’suis pas d’ici
Je suis de mon pays
Dans mon pays
On y garde les vaches
Dans mon pays
On garde les brebis

I n’seûs pas d’iqui, i seûs de lai montaîngne

I n’seûs pas d’iqui, i seûs de mon pays

Dans mon pays, an y gairde les vaiches

Dans mon pays, an gairde les bouèrbis.

 

Nous nommons en patois des objets d’autrefois découverts les semaines précédentes.

Eun painer ai treuffes… un panier à pommes de terre
Le painer ai sailaide… le panier à salade
Le painer de fouaire… le panier de foire
Les saibots… les sabots

 

Nous rejouons quelques passages du conte Papa Grand nez : ici, « Le Prince ai peu lai princesse »

« Pou traivarsai l’pont, an faut éte deux, pou bin l’pâssai, an faut saivouèr dansai… Ailons pâsse, pâsse, pâsse, ailons passe-donc »

« Pour traverser le pont, il faut être deux, pour bien le passer, il faut savoir danser… Allons passe, passe, passe, allons passe-donc »

« Cric-crac, cetu-cute que le diré, en piârre seré revîrè !« 

« Cric, crac, qui qui le dira, en pierre se transformera. »

 

Découverte d’une comptine :

« Geurli, geurlo, combein l’ai d’sôs dans mon saibot ? »

« Greli, grelo, combien il y a de sous dans mon sabot ? »

Ai r’voi ! Au revoir !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

 

 

20 février 2020 - classedematernelle

Et l’école d’autrefois ?

Dans la valisette de Ninette… du matériel de l’école d’autrefois.

Une carte géographique

Des plumiers, une plume et son porte-plume, de l’encre, un cahier à l’écriture « penchée », des bons points, des billes, une toupie…

Au cours du mois de février, nous avons découvert comment était l’école au temps de Pépé Lucien et Mémé Germaine.
Que de surprises ! Nous avons appris qu’il n’y avait pas de ramassage scolaire (que les enfants venaient à pied, en sabots, à l’école pour la journée), pas de cantine non plus (il fallait emmener sa gamelle), ni d’ordinateurs ! Les filles et les garçons étaient séparés, on écrivait à l’encre et à la plume,…

  

Les Grands ont essayé d’écrire leur prénom à la plume.

Nous faisons glisser la plume sur un très vieux cahier. Elle fait un petit bruit en « grattant » le papier.

Des bons points…

 

… qui ont encore l’odeur du grenier.

Dans la vieille valise, du mobilier et des accessoires pour recréer la maquette de l’école d’autrefois.

Installation des pupitres en bois, du bureau de l’institutrice sur une estrade en bois, le poêle au milieu de la classe, les cartables en cuir, … Il ne manque rien, pas même le bonnet d’âne.

 

Atelier autour de quelques jeux de récréation d’autrefois, mais aussi d’aujourd’hui.

La corde à sauter, la marelle, les billes, la toupie…

 

Nous avons invité la classe de CP-CE1-CE2. Nous expliquons aux élèves ce que nous avons découvert sur l’école d’autrefois.

Nos invités se penchent sur un cahier du début du XXe siècle.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

6 février 2020 - classedematernelle

Atelier autour des vêtements d’autrefois

Lundi 27 janvier, nous avons découvert quelques vêtements, chapeaux, sabots, sacs à main et autres accessoires d’autrefois, dont quelques objets très originaux…

la canne

le manchon en fourrure (pour se réchauffer les mains)

et les moufles fourrées en poils de lapin

Sacs à main, gants

 

le gilet… en peau de lapin

le chapeau haut de forme (doux et lisse), le béret

 

les sabots

la blouse, le tablier (Mémé Germaine portait une blouse sur laquelle elle remettait un tablier)

le bonnet de nuit

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

 

6 février 2020 - classedematernelle

Des contes, de la musique, des chants…

Aline (de la Maison du Patrimoine Oral d’Anost, 71) est intervenue vendredis 24 et 31 janvier en classe. Lors de la 1e séance, elle nous a conté des histoires, des contes traditionnels du Morvan. Jean-Luc, qui parle patois, était venu écouter avec nous.

Que se cache-t-il dans ces deux gros sacs ?

Pour la 2e séance, voici ce que nous avons retenu (texte dicté par les élèves, guidés par la maîtresse) :
« Aline est venue dans notre classe. Elle avait emmené des instruments : un accordéon et un violon. Pour le violon, Aline frotte son archet sur les quatre cordes du violon. L’archet est fait avec des poils de chevaux (le « crin »), qui glissent sur les cordes. Elle a chanté plusieurs chansons :
– Je n’suis pas d’ici…,
– La pie dans le poirier,
– Le p’tit gamin. »

Voilà un instrument qui nous a fait penser au soufflet pour la cheminée. C’est le même principe !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

30 janvier 2020 - classedematernelle

Le moulin à café…

Tout au long du projet, en dehors des séances avec les intervenants exterieurs, des matinées sont dédiées au thème d’autrefois. Cela nous permet de revenir plus en détail sur certaines découvertes, de retravailler le conte vu en spectacle, de pratiquer les arts visuels, de visionner d’anciennes photographies, des œuvres d’art,…

Ainsi, le 23 janvier, chaque enfant est passé dans 3 ateliers différents :

* préparation du café, comme Mémé Germaine le faisait autrefois,

* ré-écoute du conte « Papa Grand-nez » avec les illustrations de l’album,

* jeux de mémory des objets d’autrefois.

Atelier autour du moulin à café

Voici les étapes pour réaliser un bon café comme autrefois :

  1. Installer le tiroir et mettre des grains de café dans le moulin.

 

 

Les grains sentent très bon !

 

2. Fermer le compartiment et mouliner.

 

A deux, c’est mieux, car il faut de la force pour écraser les grains.

3. Récupérer le café moulu dans le petit tiroir.

4. Verser le café moulu dans le filtre.

5. Faire chauffer l’eau (« pour de faux ») dans la bouilloire, sur le réchaud à pétrole.

 

6. Verser l’eau sur le café moulu. Ecoutons le bruit du café qui coule…

7. Servir le café dans le grand bol métallique de Pépé Lucien !

8. Sucrer, remuer à l’aide de la grosse cuillère argentée.

 

Pour aller plus loin, les Grands ont réalisé le schéma du moulin à café.

 

 

 

 

 

 

30 janvier, partage de nos découvertes avec d’autres classes de l’école.

Nous avons rédigé une invitation pour la classe d’Ulis, en début de semaine. Voilà le moment venu de les accueillir.

Nos invités découvrent les objets d’autrefois utilisés pour le café.

 

Petite introduction avec l’arbre généalogique de Ninette.

 

L’attention est complète.

Une élève de grande section guide oralement les Petits pour la réalisation du café.

Les élèves d’Ulis mettent la main à la pâte !

Un moment de partage, apprécié de tous.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

30 janvier 2020 - classedematernelle

« Gué, gué, pince-moi l’nez, appelons Papa Grand-nez… »

Mais qui est « Papa Grand-nez » ? C’est un des personnages du conte que nous avons vu en classe. En effet, mardi 21 janvier, trois dames (de l’association « Mémoires vives et Conteurs de bouche à l’oreille ») sont venues nous conter l’histoire d’un prince qui se sentait bien seul, mais qui, en se promenant un jour, a rencontré une princesse dans la forêt. Malheureusement, la rivière les séparait…
Dans une ambiance douce et feutrée, nous avons écouté et regardé le spectacle avec beaucoup d’attention. Nous avons mémorisé la petite ritournelle : « Gué, gué, pince moi l’nez, appelons Papa Grand-nez, Gué, gué, pince moi l’nez, il va tout nous raconter ». Et quand Papa Grand-nez apparaît, il a toujours de bonnes idées, mais attention, « Cric, crac, qui qui le dira, en pierre se transformera… ».
Pépé Lucien, lui aussi, aimait écouter ce conte du Morvan, quand il était petit. Et oui, pas de télévision, pas d’écrans autrefois. Alors on écoutait des histoires, tous ensemble, petits et grands, assis au coin du feu, à la veillée, le soir.

Source Photo : Maison du Patrimoine Oral, avec leur aimable autorisation pour la publication de cette photo. Source Photo : Maison du Patrimoine Oral, avec leur aimable autorisation pour la publication de cette photo. Source Photo : Maison du Patrimoine Oral, avec leur aimable autorisation pour la publication de cette photo. Une branche de l’arbre rouge… 

Le Prince et la Princesse, en pierre se sont transformés… Comment les libérer du sortilège ?

Source Photo : Maison du Patrimoine Oral, avec leur aimable autorisation pour la publication de cette photo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

30 janvier 2020 - classedematernelle

Notre comptine du moment, comptine pour raconter « dans l’temps ».

Broc, cuvette, puits, faïence, … des mots qui n’ont plus de secrets pour nous !

Alors, pour le plaisir, nous avons appris la petite comptine suivante, à mimer :

La toilette de Pépé quand il était petit

J’installe la cuvette
Je remplis le broc avec l’eau du puits
Attention défense de casser la faïence !
Je frotte mon front, mon nez, mes joues, mon menton
Et de chaque côté, mes oreilles,
Sans oublier mon cou,
Devant derrière, partout.
Coulez l’eau, coulez,
Que je puisse me rincer !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

23 janvier 2020 - classedematernelle

Sophie, médiatrice du Pays d’Art et d’Histoire revient en classe…

Jeudi 16 janvier, Sophie est revenue avec des objets de Pépé Lucien par dizaines ! Dans des malles, des vieilles valises, des sacs en toile de jute, et des « boîtes à mystère » se cachaient des objets d’autrefois :

Nous avons de nouveau inviter nos marionnettes de langues étrangères à se joindre à nous.

Parmi nos découvertes du jour : un téléphone, une timbale, un chaudron, une bouilloire, un réveil-matin, des sabots, des moulins à café, un soufflet, des vêtements d’époque, un panier à linge, des clés, des fers à repasser, un moule à gaufrettes, une lampe-tempête, une bassinoire. Nous les avons touchés, observés, décrits, essayés, manipulés. Nous avons cherché à quoi ils pouvaient bien servir « avant ». Une sacrée aventure ! Il nous faudra un peu plus que cette matinée pour nous souvenir de tout ! Heureusement, Sophie nous a laissé les objets. Petit à petit, nous commençons donc à nous interesser sérieusement à la question suivante :

« Comment c’était avant, autrefois, il y a longtemps ? Comment c’était quand Pépé Lucien était petit, il y a presque 100 ans ? »

Voilà tout l’enjeu de ce grand projet.

Malle à vêtements…

la timbale…

Un téléphone ? Oui, oui, oui !

Un chaudron…

A deux, c’est plus facile de le déplacer. C’est très lourd.

 

Le moulin à café…

Le panier musette…

La bouilloire…

Jeu d’association des objets anciens avec les photos des objets actuels…

Panier à linge…  

Moule à gaufres…  

Les sabots…

Et notre fidèle boîte à mystère…

dans laquelle se cachent des fers à repasser…

Nous ne sommes pas au bout de nos découvertes. Sophie nous a même appris que Pépé Lucien parle une langue qui s’appelle le PATOIS ! Et savez-vous comment il dit « Comment c’était avant ? » en patois ? Il dit
« C’ment qu’cétôt dans l’temps ? »
Une question à laquelle nous allons continuer de répondre dans les semaines qui viennent…

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite

 

23 janvier 2020 - classedematernelle

Le voyage dans le temps commence vraiment…

Le 9 janvier, Sophie (médiatrice du Pays d’Art et d’Histoire de l’Auxois Morvan) est venue dans dans notre classe avec une valise remplie de vieux objets de Pépé Lucien, qu’elle avait récupérés dans son grenier. Côté grenier, nous savions maintenant de quoi il s’agissait !
Avec Sophie, nous avons commencé par un petit jeu : il fallait retrouver dans quelle pièce de la maison on entend tel ou tel bruit (la machine à laver, la douche, les couverts, le réveil, le feu dans une cheminée, le brossage de dents, un marteau…).

Nous avons également joué au mémory d’objets anciens.

Nous nous sommes amusés à replacer des objets dans les bonnes pièces de la maison.

Et surtout, Sophie nous a fait découvrir la trousse de toilette de Pépé Lucien qui contenait : un blaireau, un rasoir en métal, un peigne, un chausse-pied, un miroir, une brosse à dents ! Elle avait apporté la cuvette et le broc qui lui servaient à faire sa toilette quand il était petit ! Quel bonheur de glisser ses mains dans la boîte pour toucher les objets mystères ! Autant d’objets à découvrir d’abord par le toucher, puis à décrire, nommer, utiliser…

Et dans la valise….

… un broc et une cuvette en faïence.

 

Nos marionnettes de langues étrangères étaient toutes là pour partager nos découvertes : Cihane (qui parle turc), Carlos (qui parle espagnol), Brigitte (qui parle allemand), Maria (qui parle portugais) et Rainbowfish (qui parle anglais).

Dans la semaine qui a suivi, Ninette avait dans sa valise la trousse de toilette de Mémé Germaine. Nous avons essayé de nous laver les mains, ou de mimer le rasage, en utilisant le broc et la cuvette en faïence ! Et oui, pas de robinet chez Pépé Lucien quand il était petit. Il fallait chercher l’eau au puits.

Qu’y a-t-il dans la valisette de Ninette ?

 

Une brosse à dents et son étui, une brosse à cheveux, une lime à ongles, une boîte à savon et un rouge à lèvres, un parfum et un poudrier pour les jours de fête.

 

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite