10 février 2021 - classedematernelle

Défi science

Juste avant les vacances de février, dans le cadre de notre projet sur la vie d’autrefois, nous avons essayé de relever un défi, à partir de la question suivante :

Comment, jadis, nos arrières-grands-mères montaient-elles les blancs en neige ?

Ninette, la poupée de la classe, nous a montré à quoi ressemblait un oeuf monté en neige. Nous avons émis l’hypothèse qu’il fallait TOURNER, MÉLANGER le blanc pour obtenir ce résultat. Quant aux outils auxquels nous avons pensé, nous avons évoqué :

  • la cuillère,
  • la spatule,
  • le fouet,
  • le robot.

Dans son sac, Ninette nous proposait uniquement des ustensiles mécaniques (il n’y avait pas l’électricité il y a bien longtemps). Nous avons donc constitué 3 groupes. Chaque groupe a essayé de monter les blancs :

  • soit avec une fourchette et une grosse cuillère,
  • soit avec un fouet,
  • soit avec un batteur mécanique à manivelle.

Nous avons ensuite comparé les résultats.

————–

Revenons sur les différentes étapes :

La maîtresse nous montre comment séparer le blanc du jaune : 1e étape pour notre défi.

Elle nous présente le blanc « avant » et « après » avoir été monté en neige, sans nous indiquer comment elle a procédé.

Après nos hypothèses et la découverte d’objets mécaniques utilisés jadis, chaque groupe se met à la tâche :

Groupe utilisant la fourchette et la grosse cuillère

Groupe utilisant le fouet

Groupe utilisant le batteur mécanique

Tous les groupes se retrouvent pour comparer les résultats. Pas si simple de monter rapidement des blancs en neige, mais avec surprise, nous constatons que même avec la fourchette, c’est tout de même possible. Le groupe avec le fouet a fait monter les blancs de façon avancée. Le batteur mécanique n’a pas été si performant que cela.

Comme Ninette a plus d’un tour (et d’un  objet !) dans son sac, elle nous a apporté un batteur électrique cette fois. Les trois groupes retournent à leurs essais.

Tout le monde teste le batteur qui fonctionne à l’électricité, et que l’on doit brancher.

De retour en grand groupe, nous comparons maintenant les objets d’hier avec le batteur électrique.

Des résultats impressionnants : on peut retourner les oeufs montés en neige, sans qu’ils tombent !

Nos conclusions : avec les objets mécaniques, c’est beaucoup plus long, et ce sont nos bras et nos mains qui font le travail ! Avec le batteur électrique, monter les blancs en neige va beaucoup plus vite, et ce n’est pas fatigant du tout : on appuie juste sur un bouton ! Grace à l’électricité, pas d’efforts physiques à fournir, mais… beaucoup plus de bruit.

Nous conservons une trace de nos expériences.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

27 janvier 2021 - classedematernelle

Se chauffer, se réchauffer autrefois

Au temps des arrières grands parents de Ninette, il y avait la cheminée dans la pièce centrale, pour cuisiner et se chauffer, ou un poêle à bois ou à charbon.

Ninette a rapporté du grenier quelques objets d’autrefois qui servaient à se chauffer, à se réchauffer.

Dans la malle… un manchon en fourrure. Un objet insolite de nos jours !

 

Un chauffe-plat en métal argenté :

Dans la boîte à mystères… une lourde brique rouge que l’on faisait chauffer sur le poêle avant de l’envelopper dans du papier journal pour réchauffer le lit.

Une chaufferette aussi : quelques braises à l’intérieur, un petit chauffage près de soi.

Dans la boîte à mystères…. une bouillotte en métal

    

Un drôle d’objet : un long manche en bois et en métal percé, un couvercle à soulever, quelques braises à déposer. Voici une bassinoire pour réchauffer le lit avant de se coucher, ou que l’on suspendait au mur pour dégager un peu de chaleur dans la pièce.

Les Grands s’en sont inspirés et ont chacun réalisé une bassinoire en art visuel… Aussi vraies que la vraie !

  

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

13 janvier 2021 - classedematernelle

Meilleurs voeux

La classe maternelle vous présente ses meilleurs vœux pour 2021

 

2021 a commencé avec colle et pinceaux…

Le groupe des Petits a recyclé les papiers cadeaux !

Les Moyens ont tracé différents graphismes.

Les Grands se sont attelés à coller des brins de laine pour composer 2021, puis ont encollé des serviettes en papier aux motifs festifs. Une carte en relief à lire et à toucher !

        Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

28 décembre 2020 - classedematernelle
28 décembre 2020 - classedematernelle

Une soupe au caillou…

Rien de tel avant de se quitter pour les vacances, qu’une fête de la réussite autour d’une bonne soupe, dans une vraie soupière d’autrefois !

Après avoir travaillé le conte traditionnel « Une soupe au caillou« , à partir de l’album d’Anaïs Vaugelade, nous avons préparé une bonne soupe, comme celle des animaux du conte.

   

Suivons les étapes de la préparation : après avoir rassemblé les légumes (salade, poireaux, navets, carottes, chou, pommes de terre, céleri, et un gros caillou, bien entendu),

laver la salade, l’essorer comme autrefois, à l’aide d’un panier à salade

(pluie garantie sur les copains ! Signe d’efficacité dans l’essorage),

laver les autres légumes, le caillou, éplucher les légumes,

les couper en petits morceaux,

disposer le caillou et les légumes dans la casserole,

ajouter une pincée de sel, couvrir d’eau,

tout est prêt, mettre à cuire sur la plaque électrique,

vérifier si tout est bien cuit (ah… le caillou ne l’est pas… comme celui du loup dans le conte), mixer,

Comme c’est fête, la soupe est versée dans la soupière des grands jours. Un grand merci à la conteuse Isabelle, qui nous avait fait découvrir ce conte, de nous avoir prêté sa soupière.

C’est le moment de déguster, moment de partage pour se remémorer nos réussites depuis les dernières vacances ; réussites figurées par les billes déposées par chacun dans le vase, au cours des semaines précédentes.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

16 décembre 2020 - classedematernelle

Pour aller plus loin sur le thème des paniers…

Nous avons accueilli Philippe, qui fait de la vannerie. Voici le petit texte que nous avons rédigé ensemble, après sa visite : « Ce matin, Philippe nous a montré comment fabriquer des paniers. Il faut : une pince, un couteau, un sécateur, un tapis en cuir pour protéger ses genoux, un fendoir pour fendre les bâtons en « lamelles ». Pour faire les paniers, on prend des éclisses (c’est comme des rubans, comme des « spaghettis » qu’on prépare à partir des tiges de noisetier ou d’osier). Philippe épluche les bâtons et les met dans l’eau tiède pour pouvoir les tresser ». Ce matin là, chacun s’est essayé à la fabrication. Nous avons réussi à terminer un petit panier que Philippe nous a laissé. Il nous a donné à tous un petit morceau de tige d’osier ou de noisetier.

Philippe avait apporté son matériel, quelques-unes de ses productions et a partagé avec nous son savoir faire.

     le fendoir Philippe fait passer l’éclisse, dessus, dessous chaque arceau.

 

     

Le panier terminé pendant la matinée. Quelle fierté collective !

Ce matin là, après les explications et la démonstration de Philippe, chacun est passé sur les ateliers suivants :

  • vannerie
  • peinture de… paniers, évidemment !
  • tissage
  • découverte de documentaires sur les métiers d’autrefois.

    Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

16 décembre 2020 - classedematernelle

Zoom sur les paniers d’autrefois

Des paniers bien utiles, des paniers pour tout !
Pendant plusieurs semaines, nous avons découvert la richesse des paniers d’autrefois. Dans un panier, on peut mettre ce que l’on veut, mais voici des paniers dont certains avaient une fonction bien particulière…

 

Première étape : observer les paniers, de toutes sortes, de toutes formes, de toutes tailles… et émettre des hypothèses sur ce que l’on pouvait mettre dedans, réfléchir, imaginer, trouver des indices, se questionner. Quelques propositions insolites ou anachroniques, mais beaucoup d’idées pertinentes !

  

Deuxième étape : ouvrir la vieille malle et découvrir les contenus des paniers…
Salade, linge, pommes-de-terre, clés, lapin, canard, bébé, bûches de bois, pâte à pain, raisin, fruits, bouteilles, fritures …
Que de surprises !

Troisième étape : associer les bons contenus, aux bons paniers. Heureusement, Ninette, la poupée de classe, connaissait bien les paniers de Mémé Germaine et Pépé Lucien. Elle nous a aiguillés sur certaines associations ! Panier de foire, hotte de vendanges, panier à lapin, landau, bruchon dans lequel la pâte à pain reposait, panier à légumes, musette pour la friture, porte-bouteilles, valisette de pique-nique, bonbonne… en osier ou en métal. Plaisir de manipuler, tout en enrichissant notre langage et nos connaissances.

Ce travail autour des paniers a été également l’occasion de travailler dans différents domaines. Petit aperçu, par exemple, de réalisations de « paniers éphémères géants » en arts visuels :

 

Sur le dessin en craie, disposer librement des allumettes de couleurs…  et voici un panier à salade du 21e siècle !

     

Ici, alterner, comme le modèle, une allumette et un bâtonnet de glace, ou un pion et des bûchettes de bois.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

1 décembre 2020 - classedematernelle

Pierre et le loup

Depuis plusieurs semaines, nous étudions Pierre et le loup, œuvre contemporaine des arrières-grands parents de notre poupée de classe. Nous avons travaillé autour de ce conte musical pour enfants de Prokofiev, à travers différentes disciplines.

Découverte d’un univers sonore : avant tout, le plaisir d’écouter, d’entrer dans le conte par les personnages et les phrases musicales qui les représentent, de découvrir l’histoire, d’en frémir aussi, et de redemander à l’écouter… souvent ! Nous sommes devenus incollables sur la reconnaissance des instruments, et leur association aux personnages. La flûte gazouillante de l’oiseau, le cor du loup, les instruments à cordes frottées pour Pierre,…

Si nous avons travaillé à partir d’un album et de sa version audio fidèles à l’oeuvre, nous avons également visionné une version avec un orchestre (là aussi, texte et musique de Prokofiev). Nous avons par ailleurs écouté une adaptation jazz, ce qui nous a immédiatement donné envie de bouger ou de mimer le saxophone !

Langage : ce conte a été l’occasion d’enrichir notre vocabulaire, de repérer les personnages, leurs actions, de saisir le déroulé de l’histoire, son issue, de s’amuser de certains personnages, de mémoriser quelques répliques, de travailler autour des noms des personnages, d’écrire le titre pour les plus grands d’entre nous, …

Spectacle vivant : nous nous somme emparés du texte pour raconter l’histoire à notre tour, à l’accueil le matin, entre nous, ou sur des séances spécifiques avec narrateur et marionnettistes !

… sans oublier la marche triomphale avec Pierre devant !

Productions plastiques et visuelles

Préparation du décor et des personnages.

   Tangrams (par le groupe de Grands)

 

Les personnages en pâte à modeler (groupes des Petits et des Moyens) – Le loup, Pierre qui tient la corde, l’oiseau.

 

L’Piarrot peu l’loup

Et si Pierre et le loup nous était conté en patois… Une fois familiers de l’histoire, nous avons bénéficié de deux séances avec des patoisants de notre région, Annie et Jean-Luc. Entendre le texte en patois n’a pas manqué de nous faire sourire, mais nous avons rapidement reconnu, de ci, de là, des mots proches du texte français, ainsi que le nom des  personnages.

 

 

Pour clôturer les séances, petit jeu : reconnaissance des personnages associés aux phrases musicales.

Réponses en patois : L’Piarrot, l’ouillâ, l’cainaird, l’chait, l’grand-pére, les chaissoux, peu l’loup !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

24 novembre 2020 - classedematernelle

Zoom sur l’éclairage d’autrefois

Dans le prolongement de nos découvertes d’objets anciens d’éclairage, les Grands ont réalisé le schéma d’une lampe à pétrole. Un exercice exigeant : nous avons ensemble observé l’objet, manipulé la molette, énuméré les différentes parties, puis chacun a transposé ce qu’il voyait sur sa feuille. Le défi a été relevé !

  

Nous avons également réalisé différents puzzles :

 

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

24 novembre 2020 - classedematernelle

Matinée spéciale autour du projet d’autrefois

Nous avons accueilli Isabelle, conteuse, et Sarah, bibliothécaire de la médiathèque d’Arnay. Isabelle nous a conté des histoires d’autrefois. Dans la continuité de notre travail autour de « Pierre et le loup », elle nous a fait découvrir ou redécouvrir des histoires de loups, dont le Petite Chaperon rouge et Une soupe au caillou, pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

      

Ensuite, nous avons bénéficié de trois ateliers différents :

Les légumes anciens, les légumes courants et les légumes exotiques. Que mettait Mémé Germaine dans sa bonne soupe ? Des « treuffes » (pommes de terre, en patois), des navets, et des carottes, mais aussi du panais, du rutabaga, des topinambours, des crosnes et elle faisait même des soupes délicieuses à l’ ortie ! Mais elle ne mettait pas de chou japonais, ni de gingembre. Et l’avocat ? Elle ne connaissait pas !

Comment s’éclairait-on autrefois ? difficile, pour nous, d’imaginer un temps où il n’y avait pas encore partout l’électricité. Nous avons observé des bougies, des bougeoirs, une lanterne, une lampe-tempête et une lampe à pétrole.

 

   

La découverte d’objets anciens d’un restaurant d’Arnay : pelle à tarte, soupière, théière, couverts à salade, anciens menus,… Après avoir comparé une carte postale ancienne de la rue et de la façade du restaurant, avec une photographie du restaurant actuel, nous nous sommes demandés ce qu’on y mangeait jadis…

    

Sarah nous a proposé des jeux d’association des objets avec des photos, lu des menus d’autrefois comptant bien une petite dizaine de plats différents !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.