14 mai 2021 - classedematernelle

Pain, beurre, confiture…

A chaque période d’école, nous avons pris l’habitude de fêter nos réussites. En revenant des vacances d’avril, nous avons donc regardé de nouveau le film « Le Cirque », avec Charlie Chaplin (il faut dire que nous avions tellement adoré la première fois, que nous voulions le revoir encore !), et nous avons fait un goûter comme Pépé Lucien quand il était petit, et comme notre Atsem aussi : une bonne tranche de pain avec du beurre et de la confiture… que nous avons trempée dans … du jus de raisin ! Jadis, on trempait ses tartines dans un petit peu de vin sucré avec de l’eau… De nos jours, il n’en est pas question pour les enfants. Et, comme nous n’avions pas pu goûter le beurre fabriqué en classe antérieurement (pour des raisons d’hygiène), la maîtresse a amené du beurre de la ferme d’où venait la crème que nous avions utilisée… C’est un peu comme si nous avions goûté « notre » beurre. Autant vous dire que tout le monde s’est régalé ; chacun appréciant ou non de tremper son pain dans le jus de raisin !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

14 mai 2021 - classedematernelle

Dans la peau de Mémé Germaine et de Pépé Lucien

Séance d’essayage !

  

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

14 mai 2021 - classedematernelle

Travail autour du classement

Nous réalisons, cette fois, non plus une comparaison, mais un CLASSEMENT des objets, par thème. Cela nous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable : préparer un « Petit musée d’autrefois » et y inviter les autres classes. Nous aurions bien voulu les guider et inviter les familles, mais ce n’était pas possible à cause du Covid. Heureusement, la visite « virtuelle » est ouverte à tous…

Pour se repérer dans le classement : un objet emblématique est déjà disposé pour chaque thème.

Chacun s’active…

 

  La maîtresse enfile les bretelles, pour faciliter la reconnaissance de l’objet.

Nous vérifions chaque classement en remettant certains objets au bon endroit. Certains objets pourraient se mettre à plusieurs endroits, nous justifions nos réponses. Puis, nous essayons de trouver un titre pour chaque regroupement et l’écrivons sur des ardoises. L’ouverture du musée est imminente !

Bienvenue au « Petit musée d’autrefois » de la classe maternelle

  

 

 

Le coin « insolite »… Nous avons proposé aux autres classes de faire des hypothèses sur  ces objets, que nous n’avions pas classés…

Réponses : une TSF, un manchon, un fer à cheval, un blaireau, un rabot, un ventilateur, une tondeuse à vaches, un panier à volailles, lapins.

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

14 mai 2021 - classedematernelle

Comparer deux époques

 

Nous effectuons une comparaison entre des objets d’hier avec ceux d’aujourd’hui ; l’occasion de manipuler de nouveau les objets, de les nommer, de citer les matériaux (à l’époque, beaucoup de bois, de métal, de porcelaine alors qu’aujourd’hui il y a beaucoup de plastique), et d’observer les fonctionnements (des appareils « mécaniques » jadis, et souvent « électriques » de nos jours).

Que se cache-t-il sous ce drap ?

…….

… les objets actuels

Nous prenons un objet d’aujourd’hui et l’apportons à côté de son objet correspondant de l’époque :

C’est parti !

    

Résultat de notre travail collectif :

 

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

6 avril 2021 - classedematernelle

De l’objet initial à l’objet détourné

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Voilà un livre qui pose la question dès le départ ! A la ferme, les animaux s’interrogent un à un lorsqu’ils voient un drôle d’objet rouge au milieu de la cour… Chacun y va de sa proposition, et fait preuve d’imagination. Nous avons étudié cet album, puis l’avons joué plusieurs fois ; autant d’occasions de s’approprier et de mémoriser le texte, les répliques, les tournures de phrases, et de prendre plaisir à « faire le spectacle ». Cet album est notre point de départ pour nous amuser à détourner les objets, et à aller à la rencontre d’artistes.

Découverte d’un artiste, qui dit de lui : « Je suis le photographe des bidons de lait »

A l’occasion de nos découvertes d’objets d’autrefois, la maîtresse nous a montré une bure à lait, avec un gros entonnoir (qui servaient à récupérer le lait des vaches), ainsi qu’une timbale. L’artiste Gérard Benoît à la Guillaume s’est amusé à « transformer » des bidons de lait en œuvre d’art. Il en a rassemblé beaucoup beaucoup, et il les installe dans la nature. On dirait souvent des personnages…

La maîtresse nous a projeté des photographies d’œuvres de cet artiste. Nous les avons observées, décrites. Curieusement, il nous a fallu un peu de temps pour nous défaire de l’objet en lui même, la bure à lait, pour nous apercevoir que l’artiste, en la mettant en scène, lui donnait vie…

Alors, nous avons inventé des histoires qui pourraient aller avec les photos. A partir de la photo ci-dessous, nous avons imaginé ce petit texte :

« C’est l’histoire d’une bande de bidons de lait qui a quitté sa maison pour aller en ville. Les bidons se sont installés sur un passage piétons comme pour arrêter les voitures. Ils ressemblaient à des somnambules. Un jour, une voiture a foncé sur les bidons et les a renversés… mais ils étaient remplis de lait qui s’est répandu partout… Tout était blanc de lait ! »

Remerciement à l’artiste pour l’autorisation de mettre cette photo sur notre site. Pour découvrir d’autres œuvres :  https://www.bidonssansfrontieres.com

A nous de jouer…

Crayons de couleur, pastels gras, pastels secs, craies gel… et bures à lait en papier : les Grands se sont amusés à disposer, eux aussi, des bures à lait selon leur taille, sur fond d’océan, de prairie ou de forêt. Les Petits, quand à eux, ont collé des taches de vaches sur les bidons peints !

A nous d’inventer… et nous avons fait preuve d’une imagination débordante !

Il n’y a qu’un pas de l’entonnoir au… chapeau chinois, à la longue vue, au porte-voix, au téléphone, au tabouret, au sac à dos…

du disque vinyle… à la plaque de cuisson, au frisbee, au volant de voiture, au masque, à la toupie !

du blaireau… au pinceau, au stylo à plume, au pinceau à maquillage,…

du fer à cheval au pendentif, au serre-tête, aux menottes, à la manette de console de jeux, aux boucles d’oreilles !

Sur les bords du canal de Bourgogne…

La maîtresse nous a projeté des photographies de détournements d’objets réalisés par un passionné d’objets anciens et de récupération, qu’il bricole et transforme pour une joyeuse mise en scène au bord de l’eau. Invitation à la poésie. Notre œil a vite été attiré par des objets d’autrefois qui nous sont maintenant familiers, et nous avons eu grand plaisir à découvrir de drôles de petites bêtes et à essayer de retrouver avec quels objets, quels outils d’antan ils avaient été conçus.

  Remerciement à l’artiste pour l’autorisation de présenter quelques-unes de ses œuvres.

     

L’occasion de visionner les photographies des machines agricoles, autrefois tirées par l’animal, puis par les tracteurs.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » ou jeu avec les ombres chinoises

Nous travaillons sur le projet sur la vie d’autrefois depuis une année maintenant. Retrouver quelques uns des objets découverts jusque là, grâce au jeu de l’ombre et de la lumière, nous permet de réinvestir autrement nos découvertes et le vocabulaire appris. Petite rétrospective dans un climat de spectacle :

    Quel est ce drôle d’animal derrière le drap blanc ? C’est Ninette, notre poupée de classe, assise sur sa chaise en paille !

 

  Et cet « engin » à manivelle ? Le hachoir à viande.

 

    Petit détour en fin de séance pour comprendre l’envers du décor !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

 

24 mars 2021 - classedematernelle

Un nouveau défi science : fabriquer du beurre

Mais quel est donc cet objet en bois…

Nos idées :
– un coffre de pirates ?
– un pressoir pour les fruits ?
– un objet pour monter les blancs en neige ?
– un tonneau ?

Et non, c’est une baratte qui servait à fabriquer le beurre. Nous l’avons observée, décrite. Nous avons sorti les pales en bois qui sont à l’interieur et qui servent à fouetter la crème pour la transformer en beurre, et nous avons actionné délicatement la manivelle.

 

Mais pour faire du beurre, comment-s-y prenait on autrefois ?
Nous avons visionné un très vieux film en noir et blanc qui montre une fermière qui trait une vache, puis qui récupère la crème du lait et la fouette dans une baratte. Ensuite, elle moule le beurre et le démoule. L’occasion de regarder de plus près une bure à lait, son entonnoir, et une timbale.

Nous avons essayé de fabriquer du beurre.

1/ Fabriquer du beurre avec un fouet électrique… Assez rapide et efficace

Les différentes étapes : mettre de la crème fraîche trèèès épaisse dans un bocal, fouetter, fouetter, fouetter, jusqu’à transformation en chantilly, puis en beurre, mouler, mettre au frais, démouler. Le tour est joué !

passage à la chantilly transformation en beurre, la couleur et la texture  se sont modifiées.

Notre beurre ne ressemble pas tout à fait à une plaquette bien régulière, mais c’est bien du beurre. Notre odorat nous l’a confirmé !

2/ Fabriquer du beurre à la seule force de nos bras… Beaucoup moins rapide, beaucoup plus fatigant !

Mémé Germaine et Pépé Lucien, les arrières-grands-parents de notre poupée de classe, n’ont pas toujours eu l’électricité… Ils utilisaient la baratte ou faisait le beurre à la main. C’est ce que nous avons tenté. Nous avons agité très longtemps, avec beaucoup d’énergie et de détermination de la crème fraîche bien grasse. Nous y sommes presque arrivés !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

9 mars 2021 - classedematernelle

Zoom sur la photographie

Découverte d’une œuvre picturale

Dans le cadre de notre projet sur la vie d’autrefois et la venue du photographe à l’école, nous avons commencé par observer un tableau de Pascal Dagnan-Bouveret, intitulé « La Noce chez le photographe ». Mais ce titre, la maîtresse ne nous l’a pas donné tout de suite… et nous avons d’abord découvert une toute petite partie de cette peinture, juste ce monsieur recouvert d’une couverture noire, tenant quelque chose… Bizarre, bizarre ! Détail photographe (cliquer sur le lien)

Voilà qui nous a posé question ! Nous avons pensé que ce personnage :

  • avait froid, ou
  • jouait à cache-cache, ou
  • peut-être avait peur…

Puis, en élargissant progressivement l’image, et en découvrant ensuite la mariée, nous avons eu une nouvelle idée : peut-être ce monsieur caché ne voulait-il pas se marier, d’où sa cachette !

Voir l’oeuvre complète nous a alors permis de confronter nos hypothèses à la réalité du tableau. Mais, difficile pour nous d’imaginer qu’il s’agit d’un photographe en effet caché sous sa couverture !  Pour promener notre regard sur les détails nombreux de cette œuvre, nous avons essayé de retrouver des objets sortis de la veille malle.

Pascal Dagnan-Bouveret, La Noce chez le photographe, 1879.(œuvre exposée au Musée des Beaux-Arts de Lyon – Photo Alain Basset – remerciement au Musée pour l’autorisation de mettre cette photo sur notre site )

Les objets de la vieille malle des arrières-grands-parents de notre poupée de classe, comme sortis du tableau et à retrouver dans le tableau :

 

Le photographe photographié !

Gaël a fait les photos de classe de l’école. Il nous a apporté ce jour là d’anciens appareils, dont celui de son arrière-grand-père, un modèle qui nous est maintenant connu grâce à l’œuvre de Pascal Dagnan-Bouveret que nous avons étudiée. Une autre façon d’observer de plus près cet objet avec un soufflet, qui ne ressemble en rien à nos téléphones portables qui prennent les photos de nos jours.

 

 

                 

A nous de poser cette fois ! Un, deux, trois, souriez !      

Le passage du photographe aura peut-être nourri quelques futures vocations… Voici un élève qui prend Gaël en train de prendre les photos !

Pour aller plus loin

Une technique un peu compliquée à comprendre, la photographie des premiers appareils, mais la maîtresse nous a présenté des plaques de verre utilisées jadis dans les appareils, sur lesquels, nous avons découvert personnages et paysages par transparence…

Nous avons également visionné un petit reportage sur un photographe actuel qui utilise uniquement un ancien appareil photo « à soufflet » dans son travail.

Une surprise…

Le jour de la photo de classe, notre Atsem nous a fait une jolie surprise, elle nous a apporté sa photo de classe maternelle. L’Atsem de maternelle en maternelle : insolite !

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

10 février 2021 - classedematernelle

Défi science

Juste avant les vacances de février, dans le cadre de notre projet sur la vie d’autrefois, nous avons essayé de relever un défi, à partir de la question suivante :

Comment, jadis, nos arrières-grands-mères montaient-elles les blancs en neige ?

Ninette, la poupée de la classe, nous a montré à quoi ressemblait un oeuf monté en neige. Nous avons émis l’hypothèse qu’il fallait TOURNER, MÉLANGER le blanc pour obtenir ce résultat. Quant aux outils auxquels nous avons pensé, nous avons évoqué :

  • la cuillère,
  • la spatule,
  • le fouet,
  • le robot.

Dans son sac, Ninette nous proposait uniquement des ustensiles mécaniques (il n’y avait pas l’électricité il y a bien longtemps). Nous avons donc constitué 3 groupes. Chaque groupe a essayé de monter les blancs :

  • soit avec une fourchette et une grosse cuillère,
  • soit avec un fouet,
  • soit avec un batteur mécanique à manivelle.

Nous avons ensuite comparé les résultats.

————–

Revenons sur les différentes étapes :

La maîtresse nous montre comment séparer le blanc du jaune : 1e étape pour notre défi.

Elle nous présente le blanc « avant » et « après » avoir été monté en neige, sans nous indiquer comment elle a procédé.

Après nos hypothèses et la découverte d’objets mécaniques utilisés jadis, chaque groupe se met à la tâche :

Groupe utilisant la fourchette et la grosse cuillère

Groupe utilisant le fouet

Groupe utilisant le batteur mécanique

Tous les groupes se retrouvent pour comparer les résultats. Pas si simple de monter rapidement des blancs en neige, mais avec surprise, nous constatons que même avec la fourchette, c’est tout de même possible. Le groupe avec le fouet a fait monter les blancs de façon avancée. Le batteur mécanique n’a pas été si performant que cela.

Comme Ninette a plus d’un tour (et d’un  objet !) dans son sac, elle nous a apporté un batteur électrique cette fois. Les trois groupes retournent à leurs essais.

Tout le monde teste le batteur qui fonctionne à l’électricité, et que l’on doit brancher.

De retour en grand groupe, nous comparons maintenant les objets d’hier avec le batteur électrique.

Des résultats impressionnants : on peut retourner les oeufs montés en neige, sans qu’ils tombent !

Nos conclusions : avec les objets mécaniques, c’est beaucoup plus long, et ce sont nos bras et nos mains qui font le travail ! Avec le batteur électrique, monter les blancs en neige va beaucoup plus vite, et ce n’est pas fatigant du tout : on appuie juste sur un bouton ! Grace à l’électricité, pas d’efforts physiques à fournir, mais… beaucoup plus de bruit.

Nous conservons une trace de nos expériences.

Le groupe des Grands fait le schéma du batteur mécanique

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

27 janvier 2021 - classedematernelle

Se chauffer, se réchauffer autrefois

Au temps des arrières grands parents de Ninette, il y avait la cheminée dans la pièce centrale, pour cuisiner et se chauffer, ou un poêle à bois ou à charbon.

Ninette a rapporté du grenier quelques objets d’autrefois qui servaient à se chauffer, à se réchauffer.

Dans la malle… un manchon en fourrure. Un objet insolite de nos jours !

 

Un chauffe-plat en métal argenté :

Dans la boîte à mystères… une lourde brique rouge que l’on faisait chauffer sur le poêle avant de l’envelopper dans du papier journal pour réchauffer le lit.

Une chaufferette aussi : quelques braises à l’intérieur, un petit chauffage près de soi.

Dans la boîte à mystères…. une bouillotte en métal

    

Un drôle d’objet : un long manche en bois et en métal percé, un couvercle à soulever, quelques braises à déposer. Voici une bassinoire pour réchauffer le lit avant de se coucher, ou que l’on suspendait au mur pour dégager un peu de chaleur dans la pièce.

Les Grands s’en sont inspirés et ont chacun réalisé une bassinoire en art visuel… Aussi vraies que la vraie !

  

Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.

13 janvier 2021 - classedematernelle

Meilleurs voeux

La classe maternelle vous présente ses meilleurs vœux pour 2021

 

2021 a commencé avec colle et pinceaux…

Le groupe des Petits a recyclé les papiers cadeaux !

Les Moyens ont tracé différents graphismes.

Les Grands se sont attelés à coller des brins de laine pour composer 2021, puis ont encollé des serviettes en papier aux motifs festifs. Une carte en relief à lire et à toucher !

        Toute copie, utilisation ou reproduction des photographies est strictement interdite.